Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
Histoire du cancer et de la Ligue

Le cancer à travers les siècles
Les grandes étapes de la lutte contre le cancer
Justin GODART, fondateur de la Ligue
 

  • Le cancer à travers les siècles

Les traces les plus anciennes du cancer se trouvent dans des fragments de squelettes humains datant de la préhistoire. On le rencontre aussi sur des momies découvertes dans des pyramides égyptiennes. On parle également du cancer sur des tablettes recouvertes de caractères cunéiformes de la bibliothèque de Ninive. On le rencontre encore lors de la découverte de monuments funéraires étrusques ou sur des momies péruviennes.

Le plus ancien texte connu à ce jour semble être le papyrus chirurgical dit de Edwin SMITH qui daterait de l'ancien empire égyptien et qui serait attribué à IMOUTHES, grand prêtre d' Héliopolis et Premier ministre du roi DJOSER vers 2800 avant J-C.

HERODOTE nous apprend qu' ATOSSA, fille de CYRUS et femme de DARIUS, fit appeler vers 525 (avant J-C) DEMOCEDES, le fameux médecin grec, pour une tumeur ulcérée du sein qu'il réussit à guérir sans que le traitement employé ne soit connu.

Quelques temps plus tard, en Grèce, HIPPOCRATE, dans les nombreux écrits qui lui sont attribués, fait plusieurs fois allusions au cancer, dont le nom vient de l'aspect de sa propagation, ressemblant à des pattes de crabe.

Les anciens hindous, 2000 ans avant notre ère , essayèrent de détruire les cancers en y appliquant des cataplasmes de pâte corrosive contenant de l'arsenic. Pour la petite histoire, les personnes qui ne mourraient pas du cancer mourraient empoisonnées par l'arsenic.

Au Moyen-âge, en France, Henri de MONDEVILLE écrivait en 1320 : « aucun cancer ne guérit, à moins d'être radicalement extirpé tout entier. En effet, si peu qu'il en reste, la malignité augmente dans la racine. »

Au XVIIè siècle GENDRON, médecin du frère de Louis XIV, conçoit le cancer comme une modification tissulaire localisée qui s'étend par prolifération, curable si elle est extirpée dans sa totalité , il jette un pont de deux siècles et demi entre lui et nous.

Anne d' Autriche, reine de France et mère des précédents, fut atteinte d'un cancer du sein, elle supporta très courageusement la maladie mais ne put en être guérie.

C'est à BICHAT et LAENNEC que l'on doit la conception anatomique de la maladie cancéreuse. Puis vient la notion de tissu avec l'allemand MULLER en 1826.

Rudolph VIRCHOW prouve quant à lui que la cellule cancéreuse naît toujours d'autres cellules.

La seconde moitié du XIXè siècle verra s'accélérer les progrès de la médecine.

suite

   

Justin GODART
Fondateur de la
Ligue Contre le Cancer