Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les actualités du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

2016_12_Médicaments anticancéreux : Les failles du système de financement

Le Professeur Gilles FREYER estime que le système actuel d'évaluation et de financement des médicaments du cancer ne permet pas de répondre au « défi de l'innovation thérapeutique ».

La décision est tombée au mois de septembre. Le Ministère de la Santé a annoncé la radiation de l'Avastin ® de la liste des médicaments contre le cancer du sein métastatique en première ligne en association au paclitaxel ou à la capécitabine.
Une décision contestable dans sa forme pour le professeur Gilles FREYER, directeur de l'Institut de cancérologie des hospices civils de Lyon.

« Cette décision oblige les hôpitaux à financer ce traitement sur leur propre budget. La conséquence est que les cancérologues ont été contraints, pour des raisons uniquement financières et en aucun cas scientifiques, de cesser de prescrire ce médicament, pourtant sur le marché depuis 8 ans. Certains traitements en cours, efficaces, ont même été arrêtés, en l'absence d'indications de la direction générale de l'offre de soins (DGOS) sur leur (non) prise en charge », affirme-t-il. 

Un système inadapté

Pour le Professeur Gilles FREYER, cette décision révèle ce qu'il estime être des failles de la politique de financement des médicaments du cancer.

«Notre système n'est pas adapté pour faire face au défi de l'innovation thérapeutique et notamment à l'arrivée de l'immunothérapie. En particulier, l'évaluation repose sur un principe général de défiance, notamment vis-à-vis des experts ayant des liens d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique. Or, seul un haut niveau d'expertise par pathologie permet une appréciation correcte de la globalité des progrès thérapeutiques. Cela suppose une forte implication en recherche clinique, donc une collaboration avec les Big Pharma. À l'instar des méthodes anglo-saxonnes, devenues notre horizon indépassable, notre société a fait le choix de l'expertise sans expert, de la défiance au détriment de la sollicitude, de la précaution au détriment du progrès. Il est bien regrettable que la plupart d'entre nous soient considérés comme des gens a priori malhonnêtes».

« On demande à la Commission de la transparence d'analyser des études, mais pas de les mettre en perspective. La vision incrémentale des progrès en cancérologie est ignorée. Ces dernières décennies pour­tant, ces progrès ont été majeurs. Par exemple, dans les années 1970, la médiane de survie pour le cancer de l'ovaire avancé était de 11 mois contre 55 à 60 mois aujourd'hui. Ces progrès ont été rendus possibles par une succession d'avancées obtenues no­tamment par des médicaments qui auraient certainement été classés AMSR 5 (absence de progrès) par la commission de la transparence », affirme le Pr FREYER.

Coté économies, il faudrait peut-être se poser les bonnes questions

Face au débat suscité par le coût des nouvelles molécules, le Professeur FREYER souligne que les médicaments du cancer représentent aujourd'hui moins de 2 % des dépenses de l'Assurance-maladie. « Et puisqu'il est question d'économies, pourquoi ne pas se poser d'abord, par exemple, la question du coût de fonctionnement du système de santé et notamment des agences de l'État, dont les redondances ont été maintes fois soulignées mais jamais corrigées, ou des ARS qui nous inondent d'audits sans intérêt mais ne s'évaluent jamais elles-mêmes ?». A. D.

D'après un entretien avec le professeur Gilles FREYER, directeur de l'Institut de cancérologie des hospices civils de Lyon
Quotidien du Médecin jeudi 8 décembre 2016, n° 9541, page 17

 

   

Actualité choisie par votre Comité de l'Ain