Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les actualités du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

2015_10_Le prix Nobel 2015 récompense des recherches sur la réparation de l'ADN


L
e prix Nobel de chimie a été remis le 7 octobre 2015 à trois chercheurs : le suédois Tomas LINDAHL, pionnier de la connaissance de la dégradation de l'ADN, l'américain Paul MODRICH, et le turco-américain Aziz SANCAR.

Ils ont travaillé sur le même thème : les mécanismes moléculaires permettant la réparation de l'ADN et la protection de l'information génétique. 

L'ADN, acide désoxyribonucléique, est porté par nos 23 paires de chromosomes. Cet ADN comporte une série de séquences qui constituent nos 23 000 gènes.

L’ ADN peut être altéré par de multiples agressions : rayons ultraviolets du soleil, fumée du tabac, multiples substances présentes dans notre environnement. Ces agressions peuvent provoquer des mutations responsables de cancers.

Normalement il existe des systèmes moléculaires chargés de réparer l'ADN. Les altérations des « gènes réparateurs » participent à l'apparition de cancer. On connaît certaines altérations génétiques de gènes impliqués dans le système d'identification et de réparation de l'ADN : C'est par exemple le cas des mutations des gènes BRCA 1 ou BRCA 2 qui favorisent certains rares cas de cancer familiaux du sein et de l'ovaire, illustrés récemment par le cas de l’actrice Angelina Jolie. 

Le principe des chimiothérapies consiste à induire des lésions de l'ADN des cellules tumorales afin de stopper leur multiplication. Le blocage des gènes de réparation de l'ADN des cellules tumorales permet de potentialiser les effets de la chimiothérapie. 

Les travaux récompensés par ce prix Nobel ont un impact majeur en cancérologie car les dysfonctionnements des systèmes de réparation de l'ADN constituent un des moteurs de la transformation cancéreuse. Aujourd'hui les connaissances acquises grâce à ces travaux sont à l'origine de nombreux développements dans le domaine du traitement des cancers.



 

   

Actualité choisie par votre Comité de l'Ain