Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les actualités du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

2013_05_Angelina Jolie a subi une double mastectomie préventive

 
http://allocreche.fr/media/actualite/premiere-semaine-de-la-protection-solaire-du-16-au-23-juin-344.jpgL'actrice Angelina Jolie, compagne de Brad Pitt, a révélé avoir subi une ablation des deux seins parce qu'elle porte un gène nommé BRCA1 qui augmente le risque d'avoir un cancer. En publiant cela, l'actrice, associant ainsi son nom célèbre à la lutte contre le cancer, a voulu apporter un témoignage et dédramatiser une situation qui terrifie les femmes.
L'actrice américaine a révélé dans une tribune du New York Times avoir subi début mai une double mastectomie, une ablation des deux seins.

La star de 37 ans a expliqué qu'elle s'est faite opérer car elle est porteuse d'un gène nommé BRCA 1, qui entraine un risque de 87 % de développer un cancer du sein et de 50 % un cancer de l'ovaire, Sa mère est morte à l'âge de 56 ans d'un cancer.

« Quand j'ai réalisé la situation, j'ai décidé de prendre les devants et de minimiser les risques autant que faire ce peut », écrit l'actrice.

L'actrice va subir une opération de reconstruction dans quelques semaines témoigne pour convaincre les femmes : « Personnellement, je ne me sens pas moins femme. Je me sens plus forte d'avoir fait un choix important qui ne diminue en rien ma féminité ».


Le risque accru concerne principalement les femmes porteuses de deux mutations connues à ce jour, celle du gène BRCA 1, comme c'est le cas pour l'actrice, et du gène BCRA 2, explique le professeur Dominique Stoppa-Lyonnet, chef du service de génétique oncologique à l'Institut Curie à Paris. Ces deux mutations augmentent aussi le risque de cancer de l'ovaire. Ces deux cancers interviennent plus tôt chez les femmes prédisposées, leur évolution est en général plus rapide, avec un taux de rechute plus élevé.

L'existence de ces gènes BRCA 1 & BRCA 2 ne se rencontre que dans 3 % de l'ensemble des 50 000 cancers du sein que l'on découvre chaque année en France. Cette anomalie génétique justifie une chirurgie préventive. Cela signifie qu'en France 1 500 femmes devraient en bénéficier.


En présence de ces anomalies génétiques, et sachant que l'apparition d'une tumeur de l'ovaire est rare avant 40 ans, et que le risque de cancer du sein diminue après ablation des deux ovaires, deux solutions peuvent être proposées aux femmes porteuses de ces gènes BRCA 1 & 2 :

- mastectomie bilatérale prophylactique (préventive) dès la découverte de l'anomalie et ablation des deux ovaires à l'âge de 40 ans.
- ou surveillance très rapprochée des seins jusqu'à 40 ans, et ovariectomie bilatérale, en poursuivant la surveillance mammaire.

En France, seules 5 % des femmes prédisposées ainsi génétiquement au cancer du sein choisissent la mastectomie.
La grande majorité des Françaises concernées optent pour la surveillance rapprochée.
Elles sont en revanche 30 à 40 % à choisir l'ablation préventive des ovaires.

Pour détecter les gènes défectueux, un test génétique est proposé aux femmes à risque, c'est-à-dire à celles qui ont déjà eu avant 40 ans un cancer du sein ou dont plusieurs membres de la famille proche (mère, tante, soeur) ont déjà eu un cancer du sein ou de l'ovaire avant 50 ans. Le test coûte environ 2 000 euros. En France, il est pris en charge par l'assurance maladie.
 

   

Actualité choisie par votre Comité de l'Ain
 

 

ADN porteur du génome