Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les actualités du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

2012_12_4  Le Plan Cancer III (d'après APM International par Sylvie LAPOSTOLLE)

   
PARIS, 4 décembre 2012 (APM) - Le président de la République, en clôture des rencontres annuelles de l'Institut national du cancer (Inca) le 4 décembre 2012 à Paris, a annoncé comme il était prévu le lancement de la préparation d'un troisième Plan cancer qui sera confiée au Pr Jean-Paul Vernant (Pitié-Salpêtrière, AP-HP).

Les deux précédents plans : 2004 - 2008 lancé par le Président Jacques Chirac, et 2008 - 2013 lancé par le Président Nicolas Sarkozy ont permis des progrès a dû reconnaitre François Hollande. Le coût du dernier plan s'est élevé à 1,9 milliards d'euros sur 5 ans, dont 730 millions de mesures nouvelles.

Le plan débutera en 2014 pour une durée de cinq ans, comme les précédents.
Sa mise en œuvre sera assurée par l'InCa, et s'appuiera en particulier sur les propositions de la Ligue contre le cancer.

Lors de sa première prise de parole sur cette maladie depuis qu'il a été élu, l'actuel président de la République a rappelé que le cancer est la première cause de mortalité en France et qu'il affecte cinq millions de familles, avec plus de 350.000 nouveaux cas chaque année.
"Chaque jour, 1.000 nouveaux cas sont décelés et chaque jour 500 personnes meurent de cette maladie", a déclaré le président.

Evaluant les précédents plans, il a relevé des "progrès incontestables" depuis les Etats Généraux de 1998, grâce "à la mise en commun des données et des personnels, la création de référentiels de traitement, le rapprochement entre les équipes de recherche et les lieux de soins, la mise en place de plateformes régionales de biologie moléculaire et de centres d'essais cliniques de phase précoce."

Pour conforter ces acquis, "mais surtout pour nous préparer aux nouveaux enjeux liés aux progrès médicaux", un troisième Plan cancer est nécessaire, a-t-il poursuivi. "J'ai demandé à Jean-Paul Vernant, professeur d'hématologie à l'université Pierre et Marie Curie [UPMC] d'en coordonner la préparation", a annoncé Hollande.

CINQ PRIORITES
Le président a dressé cinq priorités: la prévention, la recherche, la prise en charge, la formation et la "continuité de la vie" (vivre avec, vivre après).

En matière de prévention primaire, les efforts porteront sur l'information qui "doit être ciblée pour être efficace" en particulier vers les populations jeunes, dès l'école, notamment sur le tabagisme et l'alcoolisme. L'épidémiologie, qui contribue à détecter les facteurs environnementaux ou personnels impliqués dans le développement de la maladie, sera renforcée.

Pour la prévention secondaire, c'est-à-dire le dépistage dont la participation reste
insuffisante, les campagnes seront renforcées et auront d'autant plus de succès que
s'affinera la qualité des diagnostics et qu'elles concerneront toutes les catégories sociales et tous les territoires.

De plus, "le Plan cancer sera un plan de lutte contre les inégalités", a déclaré le président en rappelant les inégalités socioprofessionnelles -thème des rencontres. "Le Plan comportera des dispositions pour prévenir les risques professionnels, à travers des plans régionaux pour la santé au travail et veillera à réduire les inégalités dans l'information, le dépistage, l'éducation, l'accès aux soins, les traitements", a-t-il indiqué.

En matière de recherche, le plan aura pour objectif de développer la médecine personnalisée, "ce qui suppose que l'Etat mette en place les infrastructures technologiques souvent très lourdes, notamment le séquençage à haut débit". "Cette médecine nécessite aussi des lieux de stockage des données et la présence d'un personnel hautement qualifié, en particulier les bio-informaticiens pour analyser et interpréter les données", a précisé le président.

Le plan prévoit aussi le rapprochement des structures de recherche et de soins pour plus de coordination. François Hollande s'est réjoui de l'augmentation de 60% de la participation des patients.


UN FINANCEMENT DES SOINS AMBULATOIRES ET DES SOINS INNOVANTS
Le président a reconnu que la prise en charge du cancer était "bouleversée par deux phénomènes", l'augmentation du nombre de cas de cancers, liée au vieillissement de la population avec des patients plus fragiles, et la mutation des thérapeutiques avec des techniques non-invasives (imagerie, ultrasons, médicaments innovants, chimiothérapies orales).
"Le cancer va devenir une maladie chronique avec une prise en charge de plus en plus à domicile", a-t-il ajouté, ce qui pousse "à repenser les lieux d'accueil des patients afin qu'ils soient multidisciplinaires et articulés avec la médecine de ville", en associant davantage le médecin généraliste.
"Nous devons concevoir un dispositif précis de financement qui prenne en compte et à leur juste coût les activités ambulatoires en cancérologie et en particulier les soins innovants", a déclaré François Hollande.

"Le futur plan sera aussi un plan de formation", a poursuivi le président. Il a cité la facilitation de passerelles entre les spécialités médicales pour faire face au nombre insuffisant de spécialistes.
La ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso, devra formuler des propositions.
Il est notamment prévu de permettre une mixité d'exercice entre spécialité d'organes et anatomo-cyto-pathologie, indique-t-on dans l'entourage du président.

La formation des médecins généralistes intégrera une sensibilisation à la situation du patient atteint de cancer. François Hollande souhaite généraliser l'initiative prise par certaines universités de développer un enseignement en présence de patients, de leurs familles comme cela se fait à l'UPMC.

Une autre mesure en faveur d'un nouveau métier, celui d'infirmier clinicien, est prévue dans le plan pour en faire des coordonnateurs de soins ou pour intervenir à domicile et participer à la prise en charge, indique-t-on dans l'entourage du président.

La dernière priorité concerne la vie pendant et après le cancer pour assurer "la continuité de la vie", selon une expression de la présidente de la Ligue nationale contre le cancer, Jacqueline GODET, qui est aussi vice-présidente de l'InCa.

Hollande a annoncé le lancement par le ministère du Travail d'une campagne d'information sur la reprise d'une activité par les salariés malades ou guéris.
Mais c'était déjà une mesure du plan précédent.

Il a aussi évoqué l'accessibilité aux prêts et aux assurances.
Une évaluation scientifique actualisée des risques est en cours et des négociations concernant la convention Aeras (Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) devraient reprendre.

Enfin, François Hollande souhaite "favoriser le retour sur les bancs de l'école" des enfants touchés par le cancer qui ont dû s'absenter pour suivre un traitement. En 2011, 1.490 enfants ont bénéficié d'un projet d'accueil individualisé et 1.169 d'une aide pédagogique à domicile mais cela reste insuffisant.

Le financement du troisième plan n'a pas été abordé. Les discussions ne sont pas entamées sur ce point mais il n'y aura pas de réduction des financements sur la recherche et l'innovation, ni sur la prise en charge, mais plutôt de nouvelles modalités précise-t-on à l'Elysée.

   

Actualité choisie par votre Comité de l'Ain
 

 

 

 

 

Professeur Anne BUZYN présidente de l'InCa
 

 

 

 

 


Professeur Jacqueline GODET présidente de la Ligue contre le cancer et Vice-Présidente de l'InCa

 

 

 

 

 


Professeur Jean-Paul VERNANT
chargé de la préparation du Pln Cancer III

 

 

 

 

 


François HOLLANDE
Président de la République