Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les actualités du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

2010_6 . Cancer : les nouveaux traitements de l'espoir. Le congrès de l'ASCO
Le Progrès 10 juin 2010

Plusieurs résultats encourageants ont été présentés à Chicago, au plus grand congrès mondial de cancérologie.
Des chercheurs lyonnais ont participé à certaines de ces études.

La plus grande conférence mondiale sur le cancer de l'ASCO (American society of clinical oncology) - 48 000 inscrits - s'est achevée mardi à Chicago sur une note d'optimisme après plusieurs annonces de résultats encourageants. Ces résultats ont notamment confirmé les espoirs placés dans les thérapies ciblées en particulier pour certains cancers rie mauvais pronostic.
Ces nouveaux médicaments utilisent des molécules ciblant des protéines ou des récepteurs particuliers responsables de la prolifération des cellules cancéreuses.

Lymphome folliculaire : « Un traitement pour aider les patients à bien vivre »
L'étude sur le lymphome folliculaire, pilotée par le Pr Gilles Salles, hématologue aux Hospices Civils de Lyon, était l'une des plus attendues du congrès- « C'est le 2eme lymphome le plus fréquent et on ne sait pas le guérir. L'espérance de vie est d'une quinzaine d'années. Il y a des ,traitements puis des rechutes qui au fil du temps sont de plus en plus fréquentes », explique le Pr Salles.
L'étude, menée sur 1217 patients dans 25 pays, a consisté à donner à certains patients le Rituximab, un anticorps, en traitement d'entretien.
« Au bout de 2 ans, 82 % des patients ainsi traités n'avaient pas fait de rechute.
En fait, cela signifie que le risque de rechute diminue de 50 %. Les bénéfices sont donc très significatifs. De plus, il y a une très bonne tolérance du traitement et peu d'effets secondaires graves. Ce traitement d'entretien va aider les patients à bien vivre et permet une prise en compte du caractère chronique de la maladie. Pour l'instant, on n'a pas encore le recul suffisant mais l'objectif est aussi qu'il augmente l'espérance de vie »
, explique le Pr Salles.

Cancer de l'ovaire : une molécule pour bloquer la progression des tumeurs avancées
Diagnostiqué souvent tardivement, le 5eme cancer féminin (4 000 nouveaux cas annuels) est très difficile à soigner avec la chirurgie et la chimiothérapie.
Une étude - à laquelle a participé le Dr Isabelle Ray Coquard, du Centre de lutte contre le Cancer Léon-Bérard à Lyon, chercheur dont les travaux sont soutenu par le Comité de l'Ain  - a montré que, dans le cas d'une tumeur avancée, lorsqu'un anticorps, l'Avastin, est associé avec la chimiothérapie en traitement d'attaque puis utilisé seul en traitement d'entretien, les taux de survie sans progression de la maladie augmentent de 39 %. Ce médicament asphyxie la tumeur en bloquant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins qui lui permettraient de se développer.

Cancers de la peau : première étude positive depuis longtemps
Le mélanome malin, dont l'incidence explose depuis ans, est le plus grave des cancers de la peau. Depuis une vingtaine d'années, les médecins disposent de très peu de nouvelles thérapies pour combattre les mélanomes métastatiques. Pour la première fois, un nouvel anticorps, le Ipilimumab, qui stimule le système immunitaire, a montré un net gain survie sur des patients inopérables. Les patients traités avec cet anticorps ont survécu moyenne 10 mois contre mois et demi pour les autres patients.

Cancer du poumon : deux chimiothérapies pour les seniors
Une étude menée au CHU Strasbourg a montré que cl-les patients âgés de plus de ans atteints d'un cancer poumon, la combinaison deux chimiothérapies améliorait la survie par rapport l'utilisation d'une seule chimiothérapie. Il s'agit de la première étude entièrement dédiée aux personnes âgées.

Cancer de la prostate : ajouter de la radiothérapie à l'hormonothérapie
Une étude a montré que dans les cas de cancer localisé avancé de la prostate, combiner la radiothérapie à un traitement hormonal permettrait de réduire de 43 % le risque de mortalité.


Questions au Pr Sylvie Négrier
Directrice du Centre régional de lutte contre le cancer Léon-Bérard à Lyon



> Une quarantaine de présentations auxquelles ont participé des équipes du Centre Léon-Bérard ont été sélectionnées à Chicago. Quelles sont les plus marquantes ?
La plupart des présentations se font sous forme de posters. Les plus importantes, qui vont changer la prise en charge, sont présentées en séance plénière comme l'étude sur le cancer de l'ovaire à laquelle nous avons participé. A Chicago, nous avons aussi vu que nous étions le Centre qui travaillait le plus sur le cancer du pancréas avec notamment une étude qui montre un gain de survie de quelques mois grâce à une association de plusieurs chimiothérapies. Nous sommes aussi  très actifs dans les recherches sur le cancer du sein et les sarcomes pour comprendre pourquoi certaines thérapies ciblées fonctionnent ou pas.

> Lors du congrès, les Américains se sont plaints du manque de financement. Qu'en est-il des Français ?
Les Américains ont beaucoup plus de financements que nous. On est sur une échelle de 1 à 8. Après les Etats-Unis et le Canada, la France a été le pays le plus actif en terme de communications à Chicago. Avec moins de financements, on est certainement très efficaces dans ce qu'on fait.
D'ailleurs à Lyon, on va vraiment se battre pour avoir un axe de recherche en cancérologie avec le Grand Emprunt

Recueilli par Sylvie Montaron

 

   

Actualité choisie par votre Comité de l'Ain
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Professeur Sylvie NEGRIER

Directeur du Centre Régional de Lutte contre le Cancer Léon Bérard à Lyon