Ligue contre le Cancer
Comité de l'Ain

 

56 Rue Bourgmayer
Bourg en Bresse 01

Tél:  04 74 22 58 96
  
www.liguecancer01.net

               

Chercher

   

   
Actualités  
A la une
Dernières actualités
Les dossiers
Agenda
   
Le Comité de l'Ain  
Son organisation
Ses résultats
Les Délégations cantonales
La vie des Délégations
Nous contacter
   
Nos missions  
Soutenir la recherche
Les dépistages
Prévention Information
L'aide aux malades
   
Comment nous aider  
Faites un don
Devenez bénévole
Devenez partenaire
Faites un legs
   
Informations utiles  
Avez vous une question ?
Documentations
Adresses et liens locaux
La Ligue et le cancer
Cancer Info Service
   
   
 
      Les actualités du Comité de l'Ain  

 

 

 

 

Retour à la liste des actualités

2010 02 Les cancers des adolescents : Pour une prise en charge psychosociale spécifique. Quotidien du Médecin n° 8698, 1er février 2010

Un projet pilote de centre d'expertise et de recours autour de la prise en charge psychosociale des adolescents atteints d'un cancer devrait voir Ie jour à Marseille à  l'initiative du Pr Marcel Rufo.
Il s'inscrit dans le cadre du plan Cancer 2009-2013, a-t-il été expliqué lors d'une conférence de presse organisée à l'lnstitut National du Cancer (INCa) en présence de la ministre de la Santé.

Bien que rares (environ 700 cas sont diagnostiqués chaque année chez les 15-19 ans), les cancers constituent dans cette tranche d'âge la troisième cause de mortalité après les accidents et les suicides. Si la survie s'est considérablement améliorée ces dernières décennies, des progrès restent à faire et on relève de grandes disparités dans la prise en charge. Les taux de survie à 5 ans des adolescents sont inférieurs à ceux des enfants. Ces cancers ont moins bénéficié d'avancées thérapeutiques que ceux des enfants, sans doute à cause d'un moindre taux d'inclusion dans les essais thérapeutiques, d'une absence de protocoles communs adultes et enfants et d'une mauvaise observance des traitements à une période où l'autorité des adultes et des parents est souvent remise en question.

En progression
Les cancers les plus fréquents de l'adolescent sont les lymphomes, les carcinomes et les tumeurs épithéliales malignes, les sarcomes osseux et extra osseux, les tumeurs germinales, les leucémies, les tumeurs du système nerveux central.
II existe des différences entre les deux sexes. Leucémies aiguës, lymphomes malins non hodgkiniens, ostéosarcomes et tumeurs gonadiques sont plus fréquents chez les garçons, mélanomes malins et carcinomes de la thyroïde chez les filles.
On constate une augmentation de 1 % par an de l'ensemble des cancers de l'adolescent.


Les taux de survie sont néanmoins globalement importants. Après le cancer, une vie entière s'annonce, une vie sur laquelle l'adolescent s'interroge : problèmes de stérilité liés au traitement, scolarité perturbée au moment des traitements, vie professionnelle et affective ...
Autant d'éléments qui impliquent une prise en charge spécifique de ces cancers. « Pour un adolescent, dira Roselyne Bachelot, à l'âge où l'on n'est plus un enfant et pas encore un adulte, cette épreuve peut être encore plus difficile, peut constituer une véritable rupture. »

Dans le plan Cancer 2009-2013 sont prévus l'élaboration d'un programme d'actions spécifiques pour la prise en charge médicale des adolescents et des jeunes adultes atteints de cancer et l'approfondissement de leurs problèmes spécifiques.
La nécessité d'une collaboration accrue entre la pédiatrie et la médecine d'adultes est soulignée, avec des réunions pluridisciplinaires associant médecins, chirurgiens, radiothérapeutes traitant des enfants et des adultes.
Les recommandations insistent sur l'importance d'une prise en charge globale « devant conjuguer au quotidien la dimension humaine, ou l'accompagnement du parcours de soins est capital pour l'adolescent, sa famille, avec une dimension médicale et scientifique d'excellence ».
La vie des adolescents après le cancer est également prise en compte dans le plan, avec en particulier une expérimentation menée autour d'un programme personnalisé de l'après-cancer chez les enfants et adolescents.

Un centre à Marseille. C'est dans ce cadre que s'inscrit le projet Espace méditerranéen de l'adolescent (EMA), lancé par Ie pédopsychiatre Marcel Rufo : la création, à l'hôpital Salvador, à Marseille, d'un centre d'expertise et de recours, avec notamment des lits dédiés à la prise en charge psychosociale spécifique des adolescents atteints de cancers après la phase aiguë des traitements.
Ce dernier volet du projet EMA est soutenu par l'INCa dans Ie cadre de la mesure 23.5 du plan Cancer. Une convention entre l'INCa et l'AP-HM (Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille) a été signée en présence de Roselyne Bachelot.

Ce centre, qui devrait voir Ie jour en 2013, permettra aux adolescents cancéreux de ne pas être isolés, puisqu'ils partageront les mêmes espaces avec d'autres jeunes ayant des pathologies différentes.
Ils bénéficieront de différentes évaluations (psychologiques, cognitives, psycho-pédagogiques ...) à l'issue desquelles leur sera proposé un projet de soins, d'accompagnement personnalisé, dans un objectif d'autonomisation, d'individualisation. Et un partenariat développé avec l'Education nationale permettra à ces adolescents de bénéficier sur place d'une prise en charge éducative de qualité.

> Docteur Martine DURON-ALIROL, Quotidien du Médecin, N° 8698. 1er février 2010

   

Actualité choisie par votre Comité de l'Ain